Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/11/2013

Et c'est parti...

Oui, je reviens !

Après ce long périple qui m’a mené de spectacles en déconvenues, je me sens à nouveau prêt pour lâcher ici et là quelques vannes, quelques humeurs, quelques tentatives de comprendre ce qui m’entoure…

Je ne dis pas que c’est tout de suite, mais je sais que j’ai envie de renouer avec l’actu de la Belgique, de la France (c'est-à-dire, le monde) et du reste du monde.

La (ou les, je ne sais plus) Philippine souffre. Les Philippins aussi.

Bernard Wesphael également.

 

Mais les Haïtiens… et bien je crois que tout va bien !


haiti.jpg

  

Patrick Ringal

10/05/2012

C'est vraiment vrai ?

elysee b.jpg

 


    ― Monsieur Jo Dalton-Sarkozy !
    ― Oui ?
    ― Qu'est-ce que j'ai dit ?
    ― Mais mon conseiller . . .
    ― Ancien conseiller !
    ― Ne dites pas ça, vous serez toujours mon conseiller dans mon coeur.
    ― Allez, il est temps.
    ― Je ne peux encore rester quelques jours ? Je serai discret. Regardez, je vais me mettre ici, derrière cette commode, personne ne me verra.
    ― Non, vous ne pouvez pas rester.
    ― Je dois vraiment tout rendre ? Je ne peux pas garder les voitures ?
    ― Non !
    ― Et Air Sarko one, c'est tout de même moi qui l'ai fait aménager ! C'est pas juste ! Pourquoi tout le monde est injuste avec moi depuis des semaines ? Je peux garder les médailles ?airsarkoone.jpg
    ― Oui vous pouvez les garder, mais vous devez rendre l'argent de Kadhafi.
    ― C'est à moi qu'il l'a donné !
    ― C'est un bien de la République, certes empoisonné, mais appartenant à la France.
    ― La République et la France c'est moi !
    ― Voilà que ça vous reprend ! C'est fini Jo. Vous devez partir. Vous n'êtes plus qu'un français comme nous tous.
    ― C'est vraiment François qui va venir ici ?
    ― Oui.
    ― On ne pourrait pas recompter les bulletins, j'ai comme un doute. . .
    ― Le compte est juste Jo.
    ― Je ne peux pas prendre un peu de vaisselles, ou bien, tenez, ce bureau, juste le bureau !
    ― Jo ! Non, le bureau est à François maintenant.
    ― C'est trop dur. . . Qu'est-ce que je vais devenir. . .
    ― Vous allez vous occuper de votre fille et de votre femme, vous pourrez faire du jogging sans être suivi par les gardes du corps et les motards.
    ― Mais je veux garder les motards !
    ― Ils ne sont pas à vous Jo.
    ― Carla les aimait bien. Faites ça pour elle !
    ― DEHORS !
    ― Je voudrais simplement une toute petite chose. . .
    ― Laquelle ?
    ― Laissez-moi un peu de pouvoir. . . !

motoélysée.jpg



Patrick Ringal

20/04/2012

Quel budget ?

 

antoniodirectorburns.jpg


    Le budget italien pour la culture est de 0,21 %, alors que celui de la France est de 0,7 et celui de la Belgique de plus ou moins 1,25 %.
    Autant dire rien. Quelques petits billets jetés ici et là au gré des vents.
    L'Italie a donc 0,21 % de son budget pour la culture, alors qu'elle prétend détenir la moitié du patrimoine mondial culturel.
    La culture ne fait pas recette au moment des élections. Encore moins après.
    Toujours en Italie, Antonio Manfredi, fondateur et directeur du Musée d’art contemporain de Casoria  a décidé de brûler chaque jour une oeuvre d'art, dans ce qu'il appelle sa « Art War », pour faire réagir les autorités. Il croule sous les dettes. La Camora veut bien l'aider, mais vous comprenez qu'Antonio n'est pas convaincu par ce mécène, disons un tantinet peu culturel.
    Je suis dépité pour lui, car brûler des oeuvres d'art contemporaine, c'est un peu brûler ce qui n'intéresse pas grand monde ― pour être plus précis, qui n'intéressent que les pointus des musées.
    Imaginez un peu que le directeur de la Scala de Milan décide de brûler chaque jour un fauteuil de sa salle, ou que le directeur de la Galerie Borghèse décide de brûler son Leonard de Vinci, ses David, ses Raphaël ou ses Le Caravage ! Vous verrez comme le politique enverra l'armée (0,8 % du produit intérieur brut ― le budget moyen en Europe étant de 1,47 %) pour arrêter le massacre.
    Il est des causes désespérément justes qui sont vouées à l'échec.

borghese.jpg



Patrick Ringal