Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

01/11/2007

Le repas de Placide

 

 

399243097efcf63296d43a9571f5c37b.jpg 

 

 

         Midi tapante, ils sonnent ! C’est nous, crie Hector par l’interphone. Je leur ouvre. Ma fiancée termine son maquillage dans la salle de bain.

         - Ils sont là mon amour ! 

         - J’arrive, j’arrive.

         J’attends Hector et Hermione sur le palier. Nous habitons au deuxième étage. Les voilà. Beau-papa en tête. 

         - Ah Placide ! J’ai apporté de quoi faire la fête ! Un plein panier de Gordon et de Duvel !

         - C’est que ... 

         - Ta, ta, ta ! Tu verras, bien frappées et mousseuses, ça vous retape un homme ! Vive la bière !

         - Hector, je dois résister. Je ne bois plus. Je ne veux plus boire. 

         - Ta, ta, ta ! Allez, entrons, nous verrons bien !

         Je les laisse entrer. En passant devant moi, Hector me fait un clin d’œil complice. J’embrasse Hermione et ses joues sèches. Comme à son habitude, elle ne dit pas un mot. Hermione ; belle-maman timide et effacée. 

         Embrassade avec ma fiancée ; tu n’aurais pas un peu grossi toi ? On se raconte quelques trucs des jours passés. Hector parcourt du regard l’appartement, puis se dirige directement vers les toilettes. Hermione s’assoit sur une chaise sans enlever son manteau. On lui dit qu’il fait assez chaud mais elle veut garder son manteau quelques minutes encore, histoire de se sentir à l’aise.

         Hector revient tout léger des toilettes. 

         - Et si on buvait quelque chose ?

         Ma fiancée me regarde l’air de dire : ça ira ? 

         Mais oui !

         Le temps s’écoule lentement. J’essaye de ne pas penser que je ne bois plus. J’essaye de me dire que tout compte fait ce n’est pas si grave. Il y a pire. J’observe Hector, qui en est déjà (après le porto et la vodka) à sa deuxième Gordon et à sa troisième blague sur les flamands, et je me dis que je préfère être sobre, même si ça s’accompagne d’un léger ennui. 

         Hector a bien essayé de me convaincre, mais je lui ai fermement dit que je ne buvais plus. Faut toujours se battre pour faire quelque chose que les autres rêveraient de faire !

         - Ta, ta, ta ! qu’il a dit dépité.

         Finalement, ne pas boire, c’est retrouver une liberté et une fierté. Oui, c’est ça, surtout de la fierté. Et puis, je dois chanter demain, alors vaut mieux garder toutes ses forces. L’alcool donne un sentiment d’impunité, d’audace, de grande gueule, de joie de vivre avant de basculer vers la gueule de bois, la barre et le sentiment qu’on est on fond de la mine et que le temps de remonter, ben, y aura quelques heures qui se seront égrenées.

 

 

fd1550ad9d2c7288850704bffa3b6b4c.jpg

         Nous mangeons enfin. Ca avance. Au moins, Hector se tait pendant qu’il avale. Mais qu’est-ce qu’il peut faire comme potin avec ses mâchoires ! Hermione lui donne quelques fois un petit coup de coude, mais il ne le sent pas. Elle sourit tristement à sa fille ; tu connais ton père ... Hector doit remplir son ventre (sa mappemonde). Je me demande où c’est qu’il met toute cette bouffe, déjà que la mappemonde est bien remplie d’un océan de bière ! 

         J’ai tout de même une petite bête sur le bord de l’épaule (je ne sais pas à quoi elle ressemble, mais elle mord de temps en temps) qui me glisse à l’oreille : allez, prends-en une, juste une, ça ne peut pas faire de tort, et puis tu t’amuseras. Boire un petit coup pour faire la fête !

         Non ! Regarde mon beau-papa. Il n’a plus l’air de s’amuser vraiment. Il vire au cramoisi. Il fait des renvois et on sent que la nausée n’est pas loin. On sent aussi qu’il va bientôt virer de cap et prendre celui de la bêtise. Le pire, c’est qu’il voudra conduire pour rentrer et qu’il faudra se battre avec lui (façon de parler) pour qu’il laisse sa femme prendre le volant. On entendra des : mais je sais ce que je fais, je n’ai pas trop bu, j’ai l’habitude. Et puis ça basculera vers les : foutez-moi la paix, vous me faites chier, vous ne savez pas ce que vous dites ! Et ça se terminera demain par un coup de téléphone pour s’excuser. 

         Voilà. Tout ça pour rien. Juste boire.

         En fin d’après-midi, après leur départ, j’ai un solide moment d’extase ! Oui, oui. Je me dis : à quoi ça sert de boire ? Juste se péter les neurones ?

         Et là, en fin d’après-midi, je suis vraiment heureux. Même si je dois chanter demain et que j’ai un peu le trac.

 

 

 

 

 

         Patrick Ringal

 

  cequejevois@hotmail.com

 

 

Les commentaires sont fermés.