Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

06/01/2008

Alexia rencontre Védrine 2

             L’histoire d’Alexia a commencé le 12 juillet 2007

 

  

59fbc4a7dcca257f3080256e5876ed06.jpg

  

 

           Le lendemain, les journalistes entrèrent dans la chambre d’Alexia. Ils prirent des chaises et s’assirent tout autour du lit. Quelques-uns s’étaient muni d’un petit appareil photo, un de ces appareils que l’on peut cacher dans sa main. Un appareil silencieux. Un appareil James Bond. Les journalistes respectaient la vie privée d’Alexia, mais ils avaient tout de même vachement envie de la prendre en photo... vu l’état de son visage et de son corps !

         Elle continua son histoire :

         « Ils se regardèrent. Le metteur en scène prit son mal en patience. Ils se regardaient toujours. Le metteur perdit un peu de son mal en patience. Mais il n’osait pas intervenir ; tout le succès du « Gardien du Prado » reposait sur les épaules d’Alexia. Elle était une des dernières stars du roman-photo, pas trop capricieuse, il fallait bien l’admettre, mais quand elle avait quelque chose en tête il valait mieux lui laisser le champ libre. 

         Les romans-photos se vendaient en millions d’exemplaires grâce à Alexia, alors il fallait la ménager, il fallait lui laisser le temps de regarder Védrine. Et justement, c’était ce qu’elle faisait. Le metteur en scène toussa. (Je ne sais pas pourquoi tousser est un signe pour attirer l’attention, mais bon, on se contentera de le laisser tousser !) Le metteur en scène se dit qu’il n’engagerait plus jamais un assistant avec une belle gueule ! Il frappa du pied. Il se gratta le nez. Il détourna le regard. Il regarda le soleil qui filait plein pot pour aller se coucher. Il n’y tint plus, et finit par dire : Dites ! Est-ce qu’on pourrait continuer la séance ? Le soleil ne va pas tarder à nous dire bonsoir et j’aimerais ne pas devoir revenir sur cette séquence demain ... Pourquoi faut-il toujours que les hommes tombent amoureux de toi Alexia... ?

         Elle ne fit pas attention à la remarque. Védrine si. Il détourna le regard et se replongea dans son travail (il fallait qu’il nettoie deux objectifs, et puis il n’avait pas envie de perdre sa place). 

         - Alexia, tu m’entends ?

         - Ouuuui, dit-elle d’un ton agacé. 

         - On peut travailler ? 

         - J’ai envie d’une pause café ! 

         - Alexia ! Il reste quelques plans ! Ce sont les derniers. Demain, tu pourras dormir plus longtemps...

         Ca c’était un argument qui plaisait à la belle ! 

         - Jusqu’à quelle heure ? demanda-t-elle en tournant à nouveau le regard vers Védrine, comme si elle l’invitait déjà à passer cette longue nuit avec elle, comme si elle savait que l’assistant photographe ne pourrait pas résister, et puis qui résistait à Alexia, qui ?

         - On commencera les intérieurs au Prado à 11 heures. 

         - Oh mais c’est tôt !

         (Qui disait qu’Alexia n’était pas capricieuse ?) 

         - Bon, midi...

         - Ok ! 

         Elle envoya un baiser au metteur en scène. Elle glissa un regard à l’assistant Védrine. »

a7857ba59ed5095fca333ce62e32a45f.jpg

          Une infirmière entra dans la chambre et dit sur un ton feutré qu’il fallait laisser Alexia se reposer. « Vous pourrez revenir cette après-midi. » Les journalistes se levèrent sans protester, mais en prenant tout de même quelques photos du mannequin au visage méconnaissable.

         Alexia quant à elle, caressa son album photo qui se trouvait sur la petite table à côté d’elle ...

 

 

 

 

           Patrick Ringal

 

   cequejevois@hotmail.com

 

 

Commentaires

C'est Alexia sur la photo?

Écrit par : Sonia | 06/01/2008

Oui, c'est Alexia, avant ... Lors d'une séance photos en Espagne. Mais c'est une Alexia inventée ... Quoi que !

Écrit par : Ringalor | 07/01/2008

Les commentaires sont fermés.