Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/01/2008

Dans mon quartier, la nuit.

 

449b49ccfc8c3ef91d6f202841092043.jpg 

 

 

        Alors, j’entendis des grands cris et même des hurlements. D’abord un, puis un deuxième plus fort et plus long. Et je me suis réveillé. Ce n’était pas une nuit de pleine lune mais il y avait du vent. Dans mon quartier, le vent s’engouffre entre les maisons et secoue les arbres. Il fait même claquer un hauban (et bon sang, je ne sais pas où est ce hauban) ! Puis, un troisième cri. Ce sont les chats. Ils se battent pour une femelle. Puis, un quatrième. Tous les chats du quartier s’étaient donné rendez-vous sous mon balcon. Les cris devinrent des plaintes. Vous avez déjà entendu ? Ca vous glace le sang. Un cinquième, bien distinct celui-là. Plus guttural. Sans doute le chef de la bande. C’est moi qui prendrai la femelle. Pas de discussion ! 

         Parmi les chats, il y a de jeunes prétendants. Et les combats commencent. Violent. Obsédant. Même les sirènes filantes de la police n’effrayent pas les chats. On entend les griffes entamer les chairs. La rage de vaincre s’empare d’eux. Ils soufflent aussi. Je recule un peu. Je me mets en retrait sur le balcon de peur que l’un d’eux ne finisse par sauter jusqu’à moi. La loi de la jungle des villes opère. Sanglante.

         J’ai été empêché de dormir cette nuit par des chats qui se battaient (des fauves, ne l’oublions pas). C’est tout de même mieux que le bruit des avions qui décollent.

         A six heures, j’entends ma voisine qui monte les escaliers. Elle revient de sa virée du samedi. Elle ira se coucher et dormira tout le dimanche (c’est elle qui me l’a raconté). Elle prendre une petite collation en guise de souper, avec un ou deux verres de vin, puis retournera s’étendre en rêvant au samedi prochain. Quand elle rencontre un mâle qui lui plaît, alors elle va dormir chez lui. Mais ça ne dure jamais longtemps. Ma voisine est une femme qui aime sa liberté et les hommes, selon ses dires, ne pensent pas à lui laisser cette liberté. Ils veulent tout contrôler. Ils aiment dominer. Ainsi, au bout d’un jour ou deux, elle revient habiter au-dessus de chez moi. Un peu comme une chatte sauvage...

b51e9bf651d5d4b99fabadc626415b01.jpg

 

            Patrick Ringal

 

    cequejevois@hotmail.com

 

 

17:03 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : humeur, nuit, chats

Les commentaires sont fermés.