Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/06/2008

Gisèle et le suicide

5434aa9438da612422934fb280d85386.jpg

 

 

          Comme le dit Paul Galand : un crocodile n’est pas fait pour terminer sa vie en manteau sur les épaules d’un mannequin anorexique ! 

         Et bien moi je dis que les enfants de 22 et 24 ans ne sont pas faits pour aller se suicider dans les bois loin de chez eux ! Vous me comprenez monsieur le curé d’Amboise sur Alèthe ?

         Monsieur le curé boit son café et lit le journal. Il relève la tête et dit : 

         - Gisèle, à 22 et 24 ans on n’est plus un enfant ! Ces grands là savent ce qu’ils veulent...

         - Mais je vous parle de suicide ! 

         - Miséricorde...

         Monsieur le curé fait le signe de croix à la va-vite. 

         - Vous pensez que ces jeunes s’amusent ? Vous pensez qu’ils veulent se suicider par jeu ?

         - Ma bonne amie, qui sont ces jeunes dont vous me parlez ? 

         - Vous n’avez pas entendu parler de ces trois enfants de 22, 22 et 24 ans qui sont allés dans les bois, qui ont fermé les vitres de leur voiture et qui ont branché un tuyau avec le pot d’échappement ?

         - Non, mais je trouve que leur acte est infantile... 

         - C’est bien ce que je vous dis ! Ce sont des enfants !

         - Mon dieu ! Sont-ils morts ? 

         - Non, mais ce n’est pas votre dieu qui les a sauvés. Un bûcheron (avec son cheval ardennais) passait par là et il a trouvé ces pauvres âmes un demi-pied dans la tombe...

         - Dans quel monde vivons-nous... C’est certainement le cheval ardennais qui a conduit cet homme... 

         Monsieur le curé d’Amboise sur Alèthe reste un moment pensif, puis dit :

         - Le cheval ardennais... Quelle belle bête ! Calme, puissant, une force tranquille, une crinière aussi belle que les cheveux du Christ, une « paisibilité », une bonne humeur, aaaah les cheveux, heu, les chevaux ardennais ! Il faudrait que chaque village en possède un et tout irait mieux. Je vais vous dire une chose ma bonne amie : les animaux nous montrent les portes de la vie. Ils n’abandonnent jamais. Ce n’est pas comme vos enfants ! 

         - Ouais (veuillez excuser mon langage de si bon matin) mais vous pourriez faire une prière pour qu’ils ne recommencent plus, et tant qu’à faire, faites-en aussi une pour les pêcheurs qui ne gagnent plus leur vie... au lieu de débiter (pardon) des conneries sur les bienfaits des animaux et patati et patata... !

         - Je vais essayer. Mais vous savez que j’ai déjà tellement de prières à faire ce matin et que je ne sais pas où mettre celle pour ces jeunes désœuvrés, ce bûcheron, les pécheurs ! Ah, ben j’y pense, je dois également prier pour madame Tussard... Elle a une dent qui gigote et elle aimerait qu’elle tienne jusqu’à la fête du cochon. Bien, je vais essayer. Je prierai également pour le cheval ardennais qui a retiré de la détresse ces trois enfants...

         Sur ces bonnes paroles, le curé d’Amboise sur Alèthe termine sa tasse de café.

 

 

9fd9a6e00cc1f43581440bee88986907.jpg

 

 

           Patrick Ringal

 

    cequejevois@hotmail.com

 

 

Les commentaires sont fermés.