Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

16/10/2010

Une nacelle pour sauver le pays

 

   nacelle2.jpg               Les mineurs chiliens sont enfin tous sortis il y a quelques jours ! Quelle joie pour le monde ! Quelle joie pour les infos, pour les éditions spéciales, pour les sites qui diffusent en direct les images de webcams, pour la mondovision ! Quel soulagement pour les journalistes qui attendaient sur place depuis des semaines, qui ont mobilisés tout ce matériel. Ce qu’il faisait chaud et soif et pas beaucoup de distractions.

        Discuter avec les familles n’avait rien de passionnant. Elles n’avaient pas grand-chose à raconter, si ce n’était leur misère et le travail dur et pénible de la mine. Vous avez vu le résultat !

        Une femme rondelette raconte que son mari rentrait exténué le soir, qu’il ne parlait pas, qu’il toussait un peu, beaucoup parfois. Elle dit : depuis deux mois je peux enfin dormir. Dieu m’a aidée. J’ai repris des forces. J’attends maintenant mon mari avec impatience. Il sera content de me voir et d’embrasser nos cinq enfants. Dieu nous a aidés ! Le gouvernement va lui donner quelques jours de congé, un peu d’argent je crois, ensuite, il retournera à la mine. Dieu nous a aidés en nous donnant ce travail et ce gouvernement.

        Quelle joie pour les chrétiens d’entendre parler de Dieu à chaque interview. Quelle joie pour le peuple chilien. 33 vies de sauvées. 33, l’âge du Christ. Le Christ nous a aidés !

        Le peuple chilien est en liesse et il le mérite. Quand on vit dans la misère, l’espoir de 33 vies sauvées donne de l’espoir à des millions de gens. C’est bon à prendre. Ca rassemble l’humanité. Elle en a bien besoin, puisque Dieu, mais çà les chiliens ne le savent pas, ne fou rien !

nacelle2.jpg

 

        Je me dis que ça aurait pu arriver chez nous, en mieux . . .

        Imaginez un instant qu’Elio di Rupo et Bart de Wever descendent au fond d’une ancienne mine pour une visite de promo, pour montrer qu’ils n’ont peur de rien. Imaginez que le même accident se produit et que les deux courageux soient bloqués à 700 mètres sous la Belgique !

        On creuse un puits, le pays se rassemble pour sauver l’homme du sud et l’homme du nord. On envoie enfin une nacelle de cinquante centimètres de diamètre et on remonte . . . qui ? Elio di Rupo ! L’autre est trop gros. Il restera coincé pour toujours à 700 mètres sous la Belgique ! Ca règlerait pas mal de problèmes.

        « Ne t’en fais pas Bart, en t’enverra des gaufres et des bières tant que tu voudras, les wallons veulent même bien les payer. Pas besoin de cravate je suppose . . . ! »

        Quand j’y pense, 700 mètres ce n’est pas tellement long, c’est la distance de chez moi à mon Delhaize.

 

 

          Patrick Ringal

 

 

Les commentaires sont fermés.