Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

22/12/2010

Guichard le raté

 

Guichard2.jpg     

 

       Hervé Guichard aurait mieux fait de ne pas dire à sa femme qu’il avait tenté de mettre fin à ses jours. Elle était partie deux jours après une dispute et il ne l’avait pas supporté. Hervé a alors beaucoup bu et prit des médicaments, mais il calcula mal son coup et se retrouva a zoner comme un malade mental pendant deux jours.

        Quand sa femme revint, elle le trouva dans un état proche de l’alcoolique qu’il était. Hervé lui avoua ce qu’il avait fait.

        - Mon chéri, tu es fou ! Tu m’aimes donc ! Moi aussi je t’aime ! Ne fais plus jamais une chose pareille !

        - Promis, répondit-il avec des sanglots de joie dans la voix.

        Un peu plus tard, disons une ou deux semaines, Hervé remarqua que les gens autour de lui se comportaient d’une étrange façon, telle la voisine du dessous qui lui parlait tout doucement, ou le voisin du dessus qui l’aidait a porter ses paquets et bien d’autres encore.

Guichard.jpg

 

        Hervé comprit que sa femme n’avait pas pu tenir sa langue ; situation normale puisqu’elle tenait un salon de coiffure dans le quartier.

        Il préféra ne rien dire. Son nouvel amour était si beau. Jusqu’au jour ou quelqu’un lui dit : « Alors Guichard, il paraît qu’on s’est loupé ! » ou sa belle-sœur : « La prochaine fois ne fait pas tout ce cirque, il suffit de parler ! » ou : « Hé le raté ! essaye de ne pas marcher dans cette merde de chien, ça porte chance ! » ou bien encore son dentiste (et oui, lui aussi) : « Vous êtes vraiment certain qu’il faut soigner cette carie ? Il y a sûrement de très bon dentiste là-haut ! » ou le pompon salé de la caissière du magasin du coin : « C’est lamentable de faire ce genre de chantage pour récupérer sa femme ! »

        - Mais, je voulais VRAIMENT me flinguer ! Merde ! Vous ne connaissez rien de ma vie ! Je n’en pouvais VRAIMENT plus !

        - Heu . . . répondit la caissière, il faudrait vous soigner monsieur Guichard, heu . . . je veux dire pas avec des médicaments, mais des plantes !

        Hervé Guichard ne put que constater que toute vérité n’était pas bonne à dire, même à sa propre épouse.

Guichard3.jpg

 

            Patrick Ringal

 

 

Les commentaires sont fermés.