Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

28/12/2007

Le goût de Gisèle

0a928125400f538dd1b5b17d9724d438.jpg 

         Gisèle tournait en rond dans la cuisine. Elle tournait autour de la table. Elle tournait autour de monsieur le curé qui boudait. 

         - Vous allez tout de même me faire le plaisir de goûter ce Camembert au lait cru !

         - Il est trop fort et trop cher ! 

         - Mais justement, il a du goût, il a du caractère ! Trop cher, bon, je reconnais qu’il n’y a pas beaucoup de paroissiens en ce moment, et encore moins de paroissiens qui donnent de l’argent (je crois qu’ils mettent leur argent de côté pour se payer un bon restaurant le soir du réveillon), mais un Camembert au lait cru n’a pas de prix !

         - Je préfère celui du Carrefour ! 

         - Misère de tous les saints ! Vaut mieux entendre ça que de perdre la foi !

         - Vous doutez Gisèle ... 

         Et monsieur le curé fusilla sa dame de compagnie du regard.

         - Je ne doute pas de Dieu (quoi qu’il se fasse très absent en ce moment), je doute de votre bon goût. J’ai acheté ce fromage au marché d’Amboise sur Alèthe, un vrai fromage, fait avec du vrai lait de vache, des vaches qui ont brouté de l’herbe verte ! 

         - Ah, parce que les autres fromages ne sont pas fabriqués avec du vrai lait !

         - C’est du lait mort ! Du lait pasteurisé. Il est tellement mort qu’on doit rajouter des ferments de laboratoire. 

         Monsieur le curé haussa les épaules et bouda, comme un enfant, en plissant très fort le front.

         - Allez, ne faites pas cette tête. J’ai aussi acheté des œufs bios ... 

         Monsieur le curé toussa.

         - Mais qu’est-ce qui vous prend ! Les œufs du Carrefour ne sont plus bons ? 

         - Le bio est meilleur, il respecte la nature, il respecte l’homme et l’animal, il respecte la vie ... Vous aimez respecter la vie, non ?

         - Et quoi, les œufs du Carrefour ne sont pas faits avec des vraies poules ? 

         - Si, mais ce sont des poules d’usine ...

         Gisèle tourna le dos au curé et sourit. Elle connaissait son homme de Dieu ; un mauvais caractère, une mauvaise foi (façon de parler !) crasse, mais un grand cœur. Elle continua : 

         - Je vous verse un petit café du Costa Rica, un café du commerce équitable ?

         Monsieur le curé maugréa : 

         - Hum ... Je veux bien ... Je reconnais qu’il est bon.

         - Vous devez admettre que si on ne réagit pas, nous finirons par ne manger que des produits d’usine ! 

         - Hum ...

         Gisèle regarda par-dessus son épaule et vit que monsieur le curé d’Amboise sur Alèthe goûtait le vrai Camembert. Il cessa de bouder. 

         - Donnez-moi une biscotte Gisèle !

         - Vous ne préférez pas du vrai pain ?

0f05e019e3765b985a53bfe6898ca748.jpg

 

 

            Patrick Ringal

 

    cequejevois@hotmail.com

 

 

30/10/2007

Gisèle et Maddie

 

 

 

19f26517dec137c3e9515544b24e73f4.jpg 

 

 

 

         Je vais me promener. Monsieur le curé donne sa messe (seul, parce que personne n’est venu ce matin), alors j’en profite. Il ne sera pas là pour me dire : Gisèle, et si nous allions plutôt dans cette direction ? 

         Maintenant je vais où je veux. Il a beaucoup plu hier, mais ce qui ne m’a pas plu c’était d’apprendre que la petite Maddie (vous savez, la petite anglaise dont on ne parle presque plus – monsieur le curé prie tous les jours pour elle, enfin c’est ce qu’il dit, mais ça ne sert pas à grand chose) se promenait quelque part au Maroc en compagnie d’une vieille femme. Mais qu’est-ce qu’elle fait là-bas ? Sans ses parents ? Et comment elle est arrivée au Maroc ? Bon, elle a été enlevée, mais alors pourquoi elle se promène ? Ce n’est pas l’attitude d’une petite fille enlevée... Ou alors, la vieille femme lui fait croire des choses, et on est prêt à croire aux belles choses (voyez, on essaye bien de croire en l’existence de Dieu). Des choses comme ; on va bientôt arriver et tu retrouveras tes parents ou, encore un petit effort ma chérie et tu rencontreras l’homme le plus gentil du monde, plus gentil encore que ton papa, ... On fait croire ce qu’on veut aux enfants. Suffit de leur promettre un monde merveilleux et ils foncent tête baissée vers l’autre coin de la rue.

         Justement, je tourne le coin. Il est six heures du matin. Il a beaucoup plu hier et les feuilles mortes commencent à former de la mélasse le long des trottoirs.

         On est bien à Amboise sur Alèthe. C’est un joli petit village. Même la mélasse des feuilles mortes est belle à regarder, et surtout ça sent la terre humide et le champignon. Par contre, on ne sent pas le monde vivre, tourner, grandir et bousculer les idées reçues, et des idées reçues il y en a autant que les feuilles mortes à Amboise sur Alèthe. Suffit de voir monsieur le curé donner sa messe tout seul dans son église. Ne rien changer, même ce qui ne marche plus...

 

 

 

 

 

          Patrick Ringal

 

  cequejevois@hotmail.com

 

 

09/09/2007

La meute

 

 

ca33610d1686097c6f405f31b4aa79a4.jpg 

 

 

         Bon, ben moi je ne voudrais pas être juré, ni même le bon Dieu (si bon que ça ?), et encore moins Kate McCann... 

         Monsieur le curé lui, prie. Et il ne faut pas le déranger ce matin. Monsieur le curé ne veut pas porter de jugement. Disons qu’il prie pour trouver le chemin de la lumière et qu’il ne dira pas le fond de sa pensée tant que le courant ne sera pas remis...

         Ce n’est pas comme les habitants d’Amboise sur Alèthe. Ils sont convaincus que la maman de la petite Maddie est coupable. On ne parlait que de ça au marché de vendredi. 

         Je vous l’avais dit, cette femme n’est pas franche !

         Elle n’a pas d’émotion dans le regard. Et puis, trop maigre. 

         Moi, je les sens ces gens-là. Comme les chiens. Je sens la culpabilité. Je sens la mort. Je vois la mort dans son regard à Kate.

         C’est qu’elle est huée aujourd’hui. 

         Les Anglais roulent bien à gauche, alors pourquoi elle n’aurait pas tué sa fille ?

         On est reparti dans une longue affaire, un peu à la manière de l’affaire Grégory en France. Va y avoir de ces rebondissements, comme, euh... et bien inculper le couple ou, et bien, euh... ils vont quitter le Portugal et puis disparaître. Les chroniqueurs vont bien gagner leur vie !

 

 

472cd2e680977bef383509f30298cb1d.jpg

 

         Je vous le dis, je ne voudrais pas être juré. Je ne sais que penser. Si c’est elle, ou eux (parce que son mari serait complice alors), comment ils ont fait ? Je veux dire, comment on peut s’épancher dans la presse, dans le cœur des gens, dans les blogs ; répandre son émotion et convaincre le monde entier de sa douleur sans en éprouver de la gêne. Comment ne pas vivre de honte et de souillure de voir tant de gens se démener pour vous, prendre fait et cause, vous soutenir et tout le tintouin alors qu’on est coupable ? Faut aimer être à l’avant, faut l’aimer plus que tout, plus que sa propre fille... Et puis, comment ils ont fait disparaître la petite ? Et où ? Ils l’ont découpée en morceaux et c’est ce qu’ils mangeaient le midi au restaurant ? Non mais ! Ils l’ont emmurée ? Et la tache de sang ? Peut-être un autre meurtre ? Bien avant. Les McCann n’ont pas eu de chance, ils ont loué la chambre d’un autre meurtrier... 

         Mon Dieu que c’est compliqué ! Il ne faut pas aboyer avec la meute. Mais c’est tentant... Parce que je n’ai jamais aimé le comportement de Kate McCann. Allez savoir pourquoi ? Je me refuse à penser de telles choses ! Il ne faut pas Gisèle ! Reprends-toi ! Prends un fourré à la place, ou une madeleine !

         Monsieur le curé s’en remet à Dieu ! Que bien lui fasse ! Et ben tiens, il n’aura pas son café ce matin ! Il dit que si le Rat d’hiver (Benoit XVI) les a reçus en audience, c’est qu’ils ne sont pas coupables... Oui mais le Rat d’hiver se trompe sur tout ! C’est même un mauvais signe de les avoir reçus en audience... !

         Enfin, à mon avis on va encore beaucoup en parler ! C’est dommage qu’il n’y ait qu’un marché le vendredi...

 

4bc4815feeb3843853422f4f63c2be27.jpg

 

 

            Patrick Ringal

 

    cequejevois@hotmail.com