Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

26/08/2009

Dans les profondeurs ...

 

25fossil

 

 

Vingt mille pieds sous la mer. Le paysage est bleuté, mystérieux, angoissant. Je voudrais sortir de cette boîte métallique qui résonne chaque fois que j'élève la voix. Il y a une sinistre sonnerie qui s'est enclenchée. Un poisson avec une tête patibulaire plaque sa bouche contre le hublot... Il va l'exploser !

Enfin, je me réveille. Je suis trempé de sueur. Normal, j'étais dans les profondeurs.

Il y a tant de réveils possibles. Prenez celui de ce camionneur qui doit reprendre la route ce matin et laisser sa femme toute seule une semaine... Pas envie de se lever. Mais alors pas du tout. Elle sait qu'il sera sur les routes, mais elle, elle fera quoi ?

Ou celui de ce condamné à une longue peine. Il n'a pas envie de se réveiller. Pourtant, c'est déjà fait. Il se tourne et se retourne sur sa couchette. Une si longue journée l'attend, à se faire chier dans cette cellule en compagnie de deux autres prisonniers, à chier devant eux, à ruminer son ennui et à les entendre se plaindre de la bouffe et dire à longueur de journée : « Fuck et fuck ta mère sale chiourme. »

Le réveil de Juju n'est pas meilleur. Elle n'a plus de café.

Celui de mon voisin est triste.

Par contre, celui du libraire de la rue Marichal est joyeux. Il a toujours aimé son métier. Il aime l'odeur du journal. Il aime servir les gens et leur donner le sentiment que rien ne vaut la lecture d'un quotidien pour se connecter au monde plutôt que l'internet. En revanche, son épouse n'aime pas le métier de son mari. Elle aurait préféré qu'il tente encore une fois sa chance comme écrivain.

Le réveil d'un embaumeur n'est pas piqué des vers !

Le réveil de Charles est douloureux pour ses rotules et celui d'un pédophile douloureux pour les enfants des parcs.

Se réveiller n'est pas donné à tout le monde, je veux dire, se réveiller sans massacrer le reste du monde parce qu'on n'est pas heureux ou qu'on a quelque chose sur le grill qu'on aurait mieux fait de faire hier. Se réveiller, c'est accepter que l'on doit mener sa barque et ne plus se laisser bercer par le chant des sirènes de la nuit.

Quant à moi, je décide de replonger dans les profondeurs, oh seulement quelques minutes..., pour retrouver mon monde silencieux.

25fossil-500

 

              

 

               Patrick Ringal

 

25/08/2009

Obama vacation

 

chilmark mass

 

 

 

Le président Obama et sa famille se sont rendus à Martha's Vineyard pour passer quelques heures de détente ce dimanche. Ils sont descendus d'Air Force One en toute décontraction, en bras de chemise, le sourire tellement franc et heureux, les petites étant ravies de se rendre là où Bill et Hilary Clinton aimaient passer leurs vacances (avant l'affaire Monica Lewinsky). On a appris que leur chien avait pu gambader dans l'avion. Ils ont ensuite pris la direction de la propriété qu'ils louent 35 000 dollars la semaine (ce prix comprend la sécurité, le staff de la White House, la possibilité de recevoir des hôtes de marque avec leurs caprices) pour y manger des glaces, faire du vélo, se promener, prendre du bon temps et ne pas se prendre la tête avec les problèmes du monde.

Le président Obama a bien raison. Il a bien fait de prendre du recul avant d'affronter cette semaine la réforme du système de santé américain. Il y joue même sa crédibilité. Il remet sur le tapis sa force de conviction, son programme, sa philosophie d'un monde à peu près égal pour tous les américains (bon, on sait déjà que ce n'est qu'une fable, mais qui sait ? « Celui qui prend des risques peut perdre, celui qui ne prend pas de risques perd à tous les coups »).

Le fait de dépenser autant d'argent pour passer quelques heures de distraction et même d'euphorie qui sait (?) ne me choque pas. C'est le président des États-Unis et il vaut mieux un homme en forme, heureux en famille et attiré par les plaisirs simples, plutôt qu'un p'tit Joe Dalton avide de sensations et de médias, pour prendre de grandes décisions ou affronter de lourds combats qui resteront dans l'histoire des égalités humaines.

Hoover allait bien à la pèche.

hoover

 

 

 

 

 

 

 

Coolidge aimait tirer le pigeon.

Coolidge 1928

 

 

 

 

Roosevelt aimait le bateau.

Roosevelt

 

 

 

(Photos AP)

 

 

Je pense bien à vous qui passez de belles vacances, j'en suis certain, avec l'élu(e) de votre cœur et qui profitez du soleil pour le ou la regarder sous un autre angle ou … (prisme, non ?).

 

                Patrick Ringal

 

 

19/08/2009

Menaces de mort

 

menace de mort

 

 

Trente menaces de mort par jour et pas assez d'agents aux services secrets du président ! C'est à se demander si Obama ne ferait pas mieux de démissionner...! Trente menaces, c'est plus que pour Bush (qui en recevait huit par jour). Sans doute parce qu'il est noir, le Black Barak, et qu'un noir, malgré ce qu'on en dit, n'est pas encore prêt pour accéder aux branches supérieures de l'arbre. Il y a peu, ils récoltaient le coton et ils écoutaient de loin la jeune fille blonde des patrons jouer du piano. Elle jouait faux. Les noirs ont alors reproduit ce qu'ils entendaient et ça a donné naissance au « Ragtime ». Et voilà qu'ils sont au pouvoir et qu'ils battent des records du monde ! C'est trop tôt. On n'a pas encore eu le temps de s'y faire.

Y a des gens qui vivent dans d'autres mondes, dans d'autres aquariums que le nôtre. Prenez les pompes funèbres ; ils en voient des morts mais ils ne reçoivent pas de menaces de mort. Les flics de Los Angeles (pourquoi LA, j'en sais rien !), ils côtoient le crime, le viol, le sordide et le jus de cervelle, ils vivent avec la mort comme d'autres vivent avec leur lecteur mp3 scellé dans les oreilles. Prenez les pêcheurs, ils meurent par petites vagues à cause des quotas (enfin ça c'est eux qui l'ont cherché...), les agriculteurs qui ne savent plus à quel sein se vouer pour écouler leur lait, les chauffeurs de bus qui ne savent plus quelle ligne éviter pour ne pas recevoir de menaces de mort, et encore d'autres, et d'autres...

Certains vont connaître leur mort quotidienne en se rendant au boulot qu'ils n'aiment pas ou en voyant la tête de leur femme au réveil avant qu'elle se maquille (et encore, après le maquillage ce n'est pas forcément gagné …).

Une mort lente, sans menace, y a pas pire comme vie …

Alors Obama, on ne va pas se tracasser pour lui !

Mais qui a dit qu'il se plaignait !

 

        Patrick Ringal