Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

05/08/2009

De Colombie

 avions timbres


Ce n'est pas la suralimentation qui guette la personne que je connaissais... En terme d'avarice on ne fait pas mieux et donc ce n'est pas lui qui achètera de quoi bouffer jusqu'à se faire éclater la bedaine. Il est préservé. Les avares ne risquent jamais d'être pris au dépourvu de manquer de quelque chose … Que dis-je ! Si ! Manquer d'argent. Mais l'argent ne fait pas grossir.

Que je vous dise, je passais de temps en temps retrouver cette personne, cette bourse vide comme il se nommait, et je n'en revenais pas du degré d'imagination qu'il déployait pour ne pas dépenser de l'argent.

J'adore cette réplique de l'Avare de Molière : il ne donne pas son bonjour, il le prête ! Et bien lui ne prêtait même pas (trop grand était le risque de ne pas voir revenir la chose...). Il ne prêtait pas attention à ce qui l'entourait ni à ce que je pouvais dire ; par contre, il ne me lâchait pas d'une semelle – l'air de rien - quand je me dirigeais vers le frigo pour prendre quelque chose à manger. Je lui disais alors : pourquoi tu me suis, il n'y a rien dans ton frigo !

Je le connaissais bien et je m'amusais à lui refiler des sueurs froides :

       - Si tu allais faire les courses ?

       - Quoi, comment, il y a bien assez !

       -Non, il n'y a rien et je crève de faim.

Je venais de faire des heures de routes.

       - Écoute, il me reste une boîte de thon et je propose qu'on la mange pour fêter ta venue avec une eau bien fraîche du robinet... Tu sais que c'est de l'eau de source ? La meilleure !

Il était comme-ça. Il avait réponse à tout. Si je voulais bouffer, fallait que je lui donne un billet et lui prête ma voiture. Ce que je fis.

Il faisait des économies sur tout : une ampoule par pièce, généralement éteinte, pas de chauffage avant le gel, le grand gel, l'eau de vaisselle servait au moins trois fois, on ne pouvait pas tirer la chasse dans les toilettes avant d'avoir pissé quelques fois (quand il y avait une chasse, car je me souviens d'une époque ou la chasse d'eau était cassée et elle le resta pendant des années, trop chère à réparer), il se permettait de boire une bière de temps en temps, pas entière, l'autre moitié était pour le lendemain et il la mettait au congélateur pour conserver les bulles... Il préférait que ses enfants ne viennent pas trop souvent – gourmands, jouisseurs, dispendieux, ruineux, une honte à ses yeux -, il gardait les coquilles d'œufs et les emballages en plastique (ça pouvait toujours servir)... La liste est longue.

En revanche, il dépensait une fortune pour sa passion : les timbres postes ! Il pouvait les compter et les recompter, les empiler ou les étaler, les admirer sans qu'ils s'usent, les chérir car ils valaient de l'argent (il aimait répéter que la valeur d'un timbre le faisait jouir... - tu vois celui-ci et bien il vaut autant ! Autant ! N'est-ce pas magique, un si petit timbre qui vaut autant d'argent !).

C'était ainsi. J'ai fini par ne plus lui rendre visite et je crois que ça ne l'a pas dérangé. Je lui ai écrit une carte postale de Colombie sachant qu'il ne la lirait pas mais qu'il garderait le timbre. Ainsi, j'étais entré dans sa collection …

118

   

 

  

 

 

 

 Patrick Ringal

26/07/2009

Mr Prévisible

princesse de clèves

 

 

 

J'ai lu ce matin un article vraiment délicieux. Il m'a ouvert les yeux. C'était dans le New York Times (ce n'est pas que je veux la jouer plus haut ou plus fort, ce n'est pas que je vole plus haut que mes fesses mais c'est vrai je lis l'anglais. - C'est bien d'apprendre les langues, non ? A vrai dire, je ne connais que deux langues et en tant que belge je reconnais que je ne connais pas le flamand, mais bon j'suis pas tombé dedans quand j'étais petit, ni ma famille d'ailleurs (qui remonte à 1289) et je ne m'en porte pas plus mal. Le flamand me donne mal de tête et pour le coup, quand je l'entends parlé, j'suis plus bas que mes fesses... )

J'ai lu cet article dans « The New York Times » et je me suis mis, sans prévenir, à rire divinement. Joe Dalton me fera toujours gondoler. L'est tellement naïf, l'est tellement prévisible. Voilà qu'il essaye de donner une image plus intellectuelle. Sous l'impulsion de miss-j'aime-le-pouvoir, il a cessé de crier partout et sous le vent que le cinéma c'était « Les Bronzés », que la musique était « Michel Sardou » et qu'il était un fan total de « Sylvester Stallone ».

Joe Dalton prépare 2012 et la sortie de sa nouvelle BD : le tome 2 des aventures de Mr Bling-Bling.

Pour ce faire il a changé de garde-robe et porte maintenant des costumes sombres, très English. Il essaye de lire des romans que miss-j'aime-le-pouvoir lui refile (je crois qu'elle lui donne également un résumé pour le cas ou...). Ce qui est délicieux c'est que miss-j'aime-le-pouvoir n'est pas à proprement parlé une prêtresse de la haute culture (Ms. Cassin).

Elle n'est plus une miss des podiums ni une miss de la haute couture, elle n'est plus chanteuse, elle n'est plus que « miss-j'aime-le-pouvoir » ou « miss-je-vais-te-donner-des-conseils-chéri », je vais te les donner parce que tu cours dans la mauvaise direction et j'aimerais tellement que nous puissions rester à l'Élysée jusqu'en 2017. Reste à voir les conseils qu'elle lui donne : -l'air de rien, petit chéri, tu porteras sous le bras un volume de « La Princesse de Clèves ».

sarkozy.jpg

Joe Dalton ne laissera pas une trace culturelle. Il aura beau essayer de transformer Paris, ça ne le transformera pas, lui si petit et si nerveux, lui qui n'a aucune vision, qui ne sait pas que faire un lifting, comme sa miss, ne change pas le fond. Il restera dans l'histoire comme « Mr talonnettes », comme « J'ai beau le cacher mais j'ai toujours été prévisible... »

Aaaah le New York Times …

Patrick Ringal

 

24/07/2009

Devinette

 Devinettes 1

 

Qu'est-ce qu'on fait quand on a rien à faire ? Je me le demande. Qu'est-ce qu'on fait quand on a toute la journée, qu'il est huit heures et qu'il reste douze heures à tirer avant de prendre un bain et d'aller au restaurant rejoindre des amis ?

Il y a beaucoup de solutions. Certains diront : je rêve d'avoir un jour le temps de ne rien faire ou, moi si je pouvais, je me poserais dans un transat, je mettrais de la crème solaire, je prendrais un bon paquet de clopes brunes, une bouteille de rosé et je ne foutrais rien, mais rien, ce rien qui sent bon les-vacances-bien-méritées....

Oui, mais quand on ne fume pas, qu'on ne boit pas et qu'on n'aime pas le soleil, qu'est-ce qu'on fait ?

On ne part surtout pas en vacances … Ou alors on rejoint des groupes de marche, des groupes de bio, des groupes qui aiment les groupes, et le must, des groupes qui aiment parler de « qu'est-ce qu'on pourrait bien faire? ».

Certains s'ennuient. Leur vie est une éclipse ; ils savent qu'il y a un soleil quelque part mais ils ne le voient pas.

Certains mangent, d'autres tournent en rond ou tournent tout court au coin de la rue en se disant « peut-être qu'il y aura une solution là-bas »? D'autres se disent que s'ennuyer est pire que d'être en prison, mais ils ne parviennent pas à reprendre le dessus. L'ennui est aussi lourd et plombé qu'une marée noire.

Une connaissance chausse des lunettes noires et va racoler des jeunes filles dans les rues commerçantes. Il revient toujours bredouille et ça l'ennuie.

Quand on s'ennuie les aiguilles ne bougent plus et les bus n'arrivent pas.

« Ah, si je pouvais me dire, comme vous le faites, bon dieu que cette heure est longue ! Mais pour moi le temps s'enfuit. Vous savez ce que ça veut dire ? Il s'enfuit, il court plus vite que moi et je ne vois plus rien passer... Je n'ai pas vu mes enfants grandir et je n'ai pas remarqué que ma femme avait cessé de s'intéresser à moi... ! »

Mais même ça ne rassure pas ceux qui s'ennuient et ça les ennuie d'écouter les propos de ceux qui courent dans tous les sens.

Pourtant, arrêter de boire est un travail à temps plein, donc on ne devrait pas s'ennuyer … Bref.

Ce qu'il reste à faire ? Et bien poser une devinette...


Et la devinette (vidéo)


     Patrick Ringal