Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

30/12/2007

Nouvel an

 

740375c12bd7036e21e2daafe3a1382c.jpg 

 

         Ca fera le neuvième réveillon que nous allons passer, traverser, franchir et j’espère, sans se noyer, depuis ce fameux réveillon qui nous mena à l’an 2000 ... Neuf fois, alors qu’on est en 2007 ! J’adore les chiffres et les nombres qui se jouent de notre première logique ... 

         Bon, tout le monde se prépare ... ? Ce sera une belle fête à n’en pas douter. Je me réjouis déjà. Je ne sais pas trop pourquoi en somme, mais je sais que demain soir est un soir de fête. Si, c’est un réveillon, et ça veut tout dire.

         Je me prépare. Je ne mange pas trop. Je dors beaucoup. Je ne fais pas l’amour (je veux garder des forces et de la libido pour demain soir... ! on ne sait jamais, avec l’alcool je pourrais ne plus tendre et fendre de ma garde ma belle comme un jour ordinaire), j’ai acheté ma boîte de « Motilium » pour le cas ou, j’ai préparé une belle chemise (cette année, la tendance est au lin bleu délavé), un beau pantalon et un veston. Il paraît qu’il ne fera pas trop froid ? Je te le dis mon bichon ! J’ai déjà écrit les SMS (des texto pour les français) et je les ai mis en mémoire. J’ai ciré l’humeur de mes parents pour qu’ils ne se sentent pas trop seuls demain (sont vieux et s’emmerdent dans un home), bref, tout est en chantier ! 

         On se prépare.

         C’est la fête avant la fête. J’aime les préparatifs. 

         En fait de préparatifs (excepté ceux que je viens de citer) il n’y a rien à faire... Alors, j’aime ne rien faire. C’est ça qui est jouissif ! Qui est le zen du branleur du 31 ! Ne rien faire.

         Le réveillon sera magique ! 

         Ma femme et moi, pour la première fois depuis l’avènement du troisième millénaire (encore un nombre qui joue à cache-cache, puisqu’on est en 2007...), ma femme et moi donc, nous allons passer le réveillon sans copains ! Seuls. Et on va commander des plats Thaï !

         Je vous le dis, ce sera vraiment nouveau ! Et nous aurons des feux d’artifice sous le manteau !

         Plus qu’une fois dormir.

 

 

 

 

            Patrick Ringal

 

    cequejevois@hotmail.com

 

 

 

21/12/2007

Le cadeau de Noël de mon père

 

 

 

be1c1364242883270569855c42302c3f.jpg 

 

 

 

 

         C’est un beau cadeau de Noël qu’il nous fait. C’est rassurant. C’est beau et ça fait chaud par où ça passe. Verhofstadt nous donne un gouvernement pour les fêtes. Je peux me poser au pied du sapin et étendre mes jambes sans craindre que le froid ne vienne mordre mes orteils. 

         Je me rappelle mes treize ans. Mon père avait perdu son travail depuis dix mois. Il ne ménageait pas sa peine pour en retrouver. Il partait tous les matins comme s’il allait conquérir le monde. Ma mère l’embrassait avec confiance. Nous, les enfants, nous ne savions pas que, sans travail, l’argent mit de côté s’écoulait et disparaissait comme du sable fin entre les doigts. La vie continuait, comme si de rien n’était (enfin, c’était ce que nous ressentions mon frère, ma sœur et moi).

         Le temps aussi filait entre les doigts. Nous approchions de la Noël. Mon père devenait de plus en plus gris et de plus en plus irritable. Mon père était passé d’un paquet de cigarette par jour à trois ; c’était pour ça qu’il était gris, disait ma sœur. 

         Après quelques mois de recherche, mon père ne quittait plus la maison comme un conquérant, mais comme un chômeur frappé d’un poinçon rouge dans le dos. Ma mère continua néanmoins à l’embrasser le matin avec toute sa confiance de femme aimante.

         Nos parents avaient acheté un petit sapin qu’ils avaient décoré d’une seule boule jaune, une magnifique boule jaune ! 

         Mais nous n’avions pas de cadeaux. Ce n’était pas grave. On comprenait bien que la vie n’offrait pas toujours des cadeaux...

         Le 24 décembre, mon père était parti comme à son habitude. Toutefois, il avait le dos un peu plus courbé. Il se sentait responsable de ne pas nous offrir un vrai Noël. (Ce qui était faux évidemment. Mais les pères et mères oublient que les enfants aiment leurs parents, même s’ils n’ont pas de travail.) 

         Et le miracle eut lieu !

         Mon père appela d’une cabine. Ma mère pleura. Elle disait : c’est merveilleux ! C’est merveilleux ! Reviens-vite ! Et elle pleura encore plus. Des larmes chaudes. Des larmes qui dessinaient la Meuse et l’Escaut sur ses deux joues ! 

         (Comment pouvait-on pleurer de si grosses larmes ? Et surtout comment pouvait-on pleurer en disant : c’est merveilleux ! Voilà ce qu’on se demandait mon frère, ma sœur et moi...)

         Mon père avait trouvé du travail le jour du réveillon de Noël ! 

         Il entra dans la maison, droit et fier comme Ramsès 31...

         Nous passâmes le plus beau Noël de toute la terre. Et le cadeau trônait au milieu du salon... Un contrat signé par mon père ! Un petit papier qui ne payait pas de mine mais qui avait le pouvoir de nous rendre heureux ! Et surtout, de rendre mon père tout rouge et ma mère toute chaude... 

         Peut-être que Verhofstadt fait la même chose ce Noël ? Il nous redonne confiance.

         Mon père n’est pas resté longtemps chez son nouvel employeur ; il a vite trouvé un autre travail à la hauteur de son talent, mais le fait d’en avoir décroché un le jour de Noël avait relancé la machine. 

         Alors, même si le gouvernement 3 n’est qu’intérimaire ou de l’ordre de l’étoile filante, il a le mérite de relancer la chaine de production des hormones de confiance... Non ?

         Tout ça ne doit tout de même pas nous faire oublier que des millions de moutons ont été égorgés hier et que des milliards de particules se baladent dans l’air pour nous rappeler qu’on n’est pas sorti de la mine, que le climat se dérègle, que la pollution que nous générons est plus importante que la puanteur dégagée par certains politiques !

 

 

ec6c5085d17fb6a8972d8c03ff8fadca.jpg

 

 

           Patrick Ringal

 

   cequejevois@hotmail.com

 

 

10:25 Publié dans Humeur | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : Humeur, politique, belgique, noël

18/12/2007

Carla

 

 

8098fff46afb33c4364e0e782a9458ab.jpg 

 

 

         Ce n’est que du bonheur, du grand et du pur ! Un vrai joyau qui se profile à l’aube de 2008. Du bonheur qui va nous faire acheter une nouvelle bibliothèque pour stocker les magasines. Moi je n’en reviens déjà pas, et je ne suis pas prêt de me remettre. Je ne vais pas en parler tout le temps, mais aujourd’hui, après mon voyage de noces (au demeurant sublime), je continue dans la vie de couple... 

         Nicolas est amoureux de Carla Bruni. Comme des millions d’autres, non ? Je n’aime pas Sarkozy, il n’est pas ma tasse de thé, ni ma pinte de bière, mais je l’admire pour ce qu’il fait en ce moment (et je pèse mes mots !) ...

         Nicolas est avec Carla et c’est génial ! Vous imaginez, un président français qui vit une romance, et peut-être plus, avec un top modèle du premier top, avec une chanteuse au talent certain, et plus que confirmé, avec l’ex de Jagger, de Costner, de Perez, de Berling et bon sang ne fait qu’un tour, j’en passe sûrement ! 

         Sarkozy marque des points. C’est peut-être un coup médiatique, mais qu’importe... Il est là où on ne l’attend pas. C’est un homme (que je n’aime pas vraiment) qui a sa vie et on comprend qu’elle est privée aussi, même si elle passe par les médias. C’est un homme qui succombe au charme et à l’intelligence d’une belle femme ! (Il aurait pu tomber amoureux de Paris Hilton, ou Britney Spears ...) Peu importe qu’il habite l’Elysée, il aime une femme et personne ne l’empêchera de la voir, de la toucher, de passer ses nuits avec elle.

         Vous imaginez le temps qu’on va passer maintenant à s’intéresser à la politique ! Parce que le résultat de tout ça, c’est qu’on voudra suivre la vie du président. Il y aura le fil rouge Carla, et tout autour, sa politique, ses réformes, sa conception et sa philosophie de la vie. On va être scotché à son poste, à son « Gala », à son « Point de vue », à son « Paris Match » et on aura l’impression qu’il sera plus proche de nous, plus proche des gens... Qui ne s’intéresse pas aux amours des stars ou à celle de sa voisine, de ses amis, de ses proches ? 

         En agissant ainsi, Sarkozy se rapproche de nous.

         (Et qu’on ne vienne pas me dire que le Belge ne s’intéresse pas à la France. J’ai regardé hier soir sur France 3 un reportage sur Laurent Gerra de passage au Forum de Liège, il ne parlait que de la politique française et la salle hurlait de rire !) 

         Sarkozy people ? Oui, très bien, même très, très bien ! Ca ne l’a pas empêché de signer le traité Européen simplifié en envoyant balader tous les branleurs français et frileux ! Pas de référendum ! Nous avons besoin de l’Europe et il le dit bien haut et fort.

         Carla Bruni, ne l’oublions pas, a soutenu Ségolène Royal. Est-ce que ce n’est pas rassurant çà ?

11154c9f0d3aa880e8a10a40330dd1e6.jpg

 

 

           Patrick Ringal

 

   cequejevois@hotmail.com