Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

14/08/2011

Le tram de l'éternité

 

Le tram de l'éternité.jpg

Ce matin, je remontais l'avenue de la Couronne vers le boulevard Général Jacques (Bruxelles), quand une jeune femme m'a dépassé en courant. Elle paraissait très préoccupée. Je l'ai entendue parler toute seule : il faut que je l'attrape, il faut que je l'attrape ! Je me suis dit qu'elle courait pour attraper son train à la gare d'Etterbeek.

J'ai continué mon chemin, moi aussi vers la gare, mais je n'étais pas pressé.

Elle avait une dizaine de mètres d'avance. La jeune femme à tourné le coin pour emprunter le passage pour piéton. Je me suis dit : celle-là va prendre tous les risques pour attraper son train. . .

Et puis, j'ai vu ce que je n'aurais jamais voulu voir. Elle a traversé le boulevard, alors qu'un tram arrivait à toute allure. Le choc a été très puissant. La jeune femme n'a pas poussé un cri. Je crois qu'elle est morte sur le coup. Le tram l'a tirée sur dix mètres. Corps éclaté. Je me souviens de sa chevelure châtain qui est devenue rouge et grise.

J'ai fermé les yeux. Les gens ont poussé des cris, ceux que la jeune femme n'a pas eu le temps de lâcher. Elle n'a dit au revoir à personne. Elle se parlait à elle-même.

Un instant en vie et l'instant d'après . . .

Pourvu que je l'attrape ! Pourvu que je l'attrape !

Je ne savais pas qu'elle parlait du train de l'éternité. En effet, ce train-là ne passe qu'une fois ! Parfois, il peut prendre la forme d'un tram de l'éternité. Allez savoir !

 

Patrick Ringal

 

09/08/2011

Dans le bon sens

 

dans le bon sens 1.JPG

C'est reparti. Je suis enfin posé et disposé.

Vous savez, il y a deux grues mécaniques qui entourent mon nouveau lieu. Elles sont là pour aider de modestes ouvriers à bâtir de beaux imeubles.

Les grues mécaniques, jaunes et élancées comme les restes d'un immense squelette de ptérodactyle, ont leur vie. Elles obéissent au grutier, se tournant à gauche ou à droite, soulevant des poids que seuls les ptérodactyles peuvent emporter dans leurs puissantes machoires. Elles bravent les vents contraires. Elles ne réchignent pas à la tâche, mais une fois laissées à elles-mêmes et que plus personne ne les regarde, elles sont guidées par les vents. Elles font corps avec le vent. Elles s'orientent dans son sens pour ne pas braver le déséquilibre.

Moi ce fut pareil. J'ai bravé le vent et enfin je me suis laissé porter. Aujourd'hui, je suis posé et je regarde dans la bonne direction.

Que je vous dise, rien ne sert de combattre le vent, il sera toujours plus fort ― il paraît qu'en tourbillonant il peut déraciner des arbres et soulever les 40 tonnes d'un camion ! ― alors, vous voyez. . .

Il est parfois bon d'adopter la sagesse du ptérodactyle, qui a tout de même quelques millions d'années d'expérience.

Et même si vous angoissez ou si vous doutez ― ne devrais-je pas retourner au bureau pour travailler encore un peu ? ― pensez à vous tourner dans le bon sens, ça ne fera jamais de tort.

dans le bon sens 2.jpg

 

 

Patrick Ringal

 

24/05/2011

Un futur gréviste

 

gréviste.jpg

Bonjour, je veux prendre la parole ici, merci Patrick, pour dénoncer l'interdiction de fumer dans les cafés à partir du 1er juillet. Je trouve cette mesure honteuse et injuste pour moi ! Je suis fumeur et je me demande ce que je vais bien pouvoir faire. . . ?

Comprenez que je n'ai pas le choix. Quand les cheminots ne sont pas contents, ils font grève. Quand les infirmières ne sont pas contentes, elles font grève. Et tous les autres, et encore les autres ! Toutes les professions !

Mais moi ! Qu'est-ce que je peux faire ?

Et bien, j'ai décidé, à partir du 1er juillet, de faire grève et de ne plus fumer ! Rira bien qui rira le dernier !

On verra si le gouvernement aura un peu de cœur. . .

Je resterai devant le café sans fumer, vous entendez bien ce que je dis, sans fumer jusqu'à ce que le gouvernement, ces bolcheviques au service des écologistes, accepte de revoir cette mesure discriminatoire !

Fumeurs de partout, faits comme moi !

Nous vaincrons !

 

 

Patrick Ringal