Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

08/05/2008

Là-haut au téléphone

                   Suite de là-haut au "Le bon repos"

a50f88f6996f00f2ba1235902591a037.jpg 

         Allo ? Oui, salut, dis, je fais vite parce que j’appelle de Suisse alors que je suis abonné en Belgique, donc pour te parler j’appelle de Suisse, je passe par la Belgique et je reviens en Suisse...

         Quoi ?

         C’est pas grave. Il faudrait que tu me prêtes un franc... 

         Quoi ?

         UN franc ! 

         Ben oui je suis franc !

         NOOOON..... Je fais vite parce que j’appelle de Suisse, donc, est-ce que tu peux me prêter UN franc ? 

         Tu veux un franc ?

         OUUUII... ! Juste un franc... 

         Tu sais que je travaille ? Tu sais que je suis en réunion et que je vais aborder les dividendes de « GFTONNE » ?

         ... 

         Tu me demandes donc si je peux te prêter un franc ... ?

         Mon copain, oui, je te demande un franc à prêter. Je suis allé changer mon billet dans quelques commerces, dans une agence de banque, dans un je ne sais plus quel élevages, et personne est capable de me changer ce billet de 100 francs ! En Suisse ! Alors je te demande si tu peux me prêter un franc... 

         Attends... Oui, vendez, vendez, nous allons faire un bénéfice de 400 milliards. Donc tu disais que tu voulais un franc ?

         Heu, oui. 

         Bien, je te propose d’aller à la maison et de te reposer. Je crois que l’altitude ne te convient pas...

         Mon copain, je ne déconne pas ! Je dois un franc à une cafetière mal construite et crachant sa frustration de ne pas être nettoyée de temps en temps ! 

         La cafetière est juste à côté du micro-onde !

         Mon copain, MERDE ! Je te jure que ce n’est pas une blague ! Je dois partir demain et je dois un franc à une cafetière qui détient ma carte d’identité ! 

         ... Oui, vendez ! Vendez ! Bien, écoute, il faut que tu te rendes au centre hospitalier. Respire et soit bien avec toi-même. La Suisse est belle ...

         ... et surtout haute et chère et raciste et chauve ! 

         Chauve ?

         Heu, ..., chauvine !

         Bon écoute, j’ai du travail. A ce soir. C’est moi qui fais à manger. 

 

168282b54f82beb48d1316dd4fc2b367.jpg

 

           Suite ...

 

             Patrick Ringal

       cequejevois@hotmail.com  

02/05/2008

Là-haut au "Le bon repos"

         Suite de « Là-haut sur la montagne »

 

b2944a82a859289e07478c044f63bdce.jpg 

         .... Mais bon, les tables étaient propres et la fille derrière le bar assez plaisante. Je me suis assis près de la fenêtre et j’ai commandé un café, oh et puis tiens un verre de fendant également ! Le yodle s’est arrêté et les montagnards sont retournés dans leurs chalets. 

         Je suis resté une heure au « Le bon repos ». J’ai bu quelques verres de vin. Je n’ai pas réussi une seule fois à croiser le regard de la jeune fille derrière le bar (elle portait un tablier rose bonbon).

         Combien vous dois-je ? 

         Elle m’a répondu un 21 francs suisse sonnant et trébuchant, tellement trébuchant que j’en ai perdu le souffle et pour le coup toute envie de profiter de mes vacances en Suisse !

         Je ... je ... Est-ce que vous acceptez les cartes ? 

         Non.

         Bien. On n’est pas dans la bouse. 

         Je lui ai donné les 20 francs qu’il me restait et je lui ai dis que j’allais revenir lui donner le franc plus tard. Elle m’a fusillé d’un regard soupçonneux. Elle n’aimait pas les étrangers. Alors, je lui ai laissé ma carte d’identité. Pour un franc !

         J’aimais de moins en moins la Suisse. Je crois même que j’avais cessé de l’aimer pour un siècle ! 

         Je me suis rendu à la banque populaire du village et j’ai retiré 100 francs avec ma carte.

         Retour au « Le bon repos ». 

         Voilà ! ai-je dit fièrement (les Belges sont des gens honnêtes) !

         Elle m’a refusillé du regard en disant : vous croyez que j’ai de la monnaie sur 100 francs ! 

         Je ne voulais pas créer un conflit avec ce pays tout propre et tout neutre.

         Ok, ce soir alors. 

         On est fermé !

         Bien, demain... ? (Je commençais à comprendre ce que le mot apartheid voulait dire !) 

         C’est notre jour de fermeture !               

         Vous jouez avec mes nerfs mademoiselle ! Vous avez un beau tablier rose bonbon et ça me donne l’envie de vous fesser ! (J’étais fou de rage) Alors, vous allez me rendre ma carte d’identité et je vous promets que mon ami viendra vous payer LE franc qui manque après-demain à la première heure ... 

         Là-dessus, un molosse en short de velours, coiffé d’un chapeau à une plume est sorti de la cuisine et :

         Vous ne comprenez pas ce que ma femme vous dit ! 

         Quand on mange de la fondue au fromage et de la viande des grisons tous les jours, on a quelques arguments supplémentaires face à un habitant du plat pays ! Le molosse helvète a relevé ses manches pour me faire comprendre ses arguments.

         Bien, bien, je disais ça en rigolant ! Très bien, je trouverai une solution.

         Et j’ai filé à la belge, glissant sur de la mousse de bière, pas honteux pour un sous de ne pas avoir eu le courage de déclarer la guerre.

 

3259e5a5c4c7a7d12a86a5acfea05139.jpg
                  Suite ...

            Patrick Ringal 

    cequejevois@hotmail.com

  

27/04/2008

Là-haut sur la montagne

                                           J’ai donc été en Suisse ...

 

ab22ff0ba0f56cf2debd0a715cd77dac.jpg 

         ... Et donc je suis arrivé à 2500 mètres d’altitude (pour être précis : 2448 mètres) vers 19 heures. J’ai garé ma voiture à l’entrée du village et j’ai terminé la montée à pied. Essoufflé. Plus d’oxygène ! Et moi qui venais ici justement pour en prendre de l’oxygène ! 

         Salut ! Je suis content de te revoir ! Moi aussi ! Dis, ça fait combien d’année ? Oooh, bien plus que ça !

         Embrassade. Mettre mon sac dans la chambre d’ami. 

         C’est moi qui invite ce soir, pour mon plaisir et te remercier de m’accueillir ces quelques jours... Non, c’est moi ! Non, je te dis ! D’accord.

         Nous avons été au restaurant « Le clan du Fendant ». L’ambiance y était chaleureuse. Nous avons mangé une énorme fondue et bu du vin blanc. Quelques bouteilles à deux.. Les retrouvailles se fêtent ! 

         Facture ? Oui, je paye en liquide. Bien monsieur. Je soulève la note pour la rapprocher de mes yeux. Je l’éloigne. Je n’ai pas bien lu ! C’est une blague ! Je relis. Pas de doute, je dois payer 80 francs suisse ! (Et zut ! Moi qui avais emporté 100 francs, me disant que pour trois jours ça suffirait...)

         Je paye mais là je manque franchement d’oxygène ! 

         J’ai mal dormi ; me retournant dans mon lit, essayant de trouver ma place au milieu de la file qui attendait devant le guichet des surendettements !

         Le lendemain fut paisible. Mon copain est allé travailler et moi je me suis baladé dans la montagne, enfin je veux dire dans la neige, enfin je veux dire en arctique. 

         Je n’aime plus la Suisse !

         Je me suis perdu. Un éleveur de brunes à cloches m’a indiqué le chemin. Et il a fallut que je m’arrête dans la taverne du village : Le bon repos. Tu parles ! Ca chantait du yodle et ça puait la cuisse de Germonde !

         Suite ...

8e2368ef71b27962fae7b3648060b3c1.jpg

 

 

           Patrick Ringal

 

    cequejevois@hotmail.com