Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

21/11/2010

Sacré Filou

Sacré Filou 2.jpg 

        - Bonjour Monsieur le Président Jo Dalton-Sarkozy !

        - Bon, bon, faisons vite ! Je vais vous dire quelque chose, j’ai besoin d’un conseil.

        - C’est pour ça que je suis là Monsieur le Président Jo Dalton-Sarkozy. Vous m’avez engagé pour . . .

        - Je sais pourquoi je vous ai engagé, pour m’écouter.

        - Bien. Dites-moi.

        - Mon collaborateur, vous savez, le principal ?

        - Fillon ?

        - Oui, ce fils de pute, ce filou, je le vire et il revient le lendemain ! Je ne trouve pas de solution. J’ai formé un nouveau gouvernement et ce pauv’con est déjà à sa tête ! Comment je dois faire ?

        - Je vous écoute . . .

        - Heu, bon, vous pouvez parler.

        - Il faut créer un poste rien pour lui, je veux dire un poste loin de vous, comme par exemple « Ministre des sondages » !

        - Ah ben non ! Il est plus haut que moi dans ces putains de sondages !

        - C’est ce que je dis . . . il est loin. (Je crois que j’ai parlé trop vite !)

        - Je préfère quand vous écoutez.

        - Bien Monsieur le Président Jo Dalton-Sarkozy.

        - A propos de ces sondages, comment il fait pour être aussi populaire ? C’est lui qui se tape tout le sale boulot et les Français l’aiment bien. Ma Carla m’a dit que je bouge trop. Putain, des élections dans deux ans et je suis au plus bas ! Si je ne suis plus président, cette connasse va partir ! Pourquoi pas. Je l’aime bien quand elle est couchée, debout, elle est trop grande. Faut que je remonte dans les sondages. Je vais rester calme et discret. Si je me retirais jusqu’aux élections quelque part du côté des Antilles ? Est-ce que mon Airbus Air Sarko one est prêt à décoller ?

        - Toujours Monsieur le Président Jo Dalton-Sarkozy.

        - Ne le dites pas à Filou. Je vais le laisser se planter tout seul, la France est vraiment dans la merde, et ensuite, je reviens dans deux ans, bling ! tout en haut dans les sondages !

        - Je ne crois pas que . . .

        - Je vous ai engagé pour, pour, pour . . ?

        - Ecouter.

        - Très bien. Vous viendrez avec moi, j’ai besoin de vous, je vais mettre un plan de bataille au point. . .

 

 

               Patrick Ringal

 

 

 

Sacré Filou.jpg

08/03/2010

Au-dessus de la tempête

 elysee

-     

 

 

 

 

 

 

 

         Bonjour monsieur le Président.

-      Bonjour, asseyez-vous là.

-      Merci.

-      Non pas là, là, sur cette chaise, elle est plus basse.

-      Mais je ne vous vois plus monsieur le Président, je suis trop bas !

-      Ce n’est rien. Je vous écoute.

-      Bien, vous savez qu’il y a eu une tempête ?

-      Oui, oui, au Chili.

-      Non, je veux parler d’une grande tempête en France, au Chili c’était un tremblement de terre.

-      Oui, oui, et bien ? Vous vous en occupez, non ?

-      Bien entendu Monsieur le Président Jo Dalton-Sarkozy, mais peut-être que vous devriez faire un geste et vous rendre sur place ?

-      Il y a encore beaucoup de vent ?

-      Non, il est retombé.

-      Bien, prévenez la presse. Il me faut un hélicoptère avec trois caméras à bord et, heu . . . prévoyez également une chambre dans un palace avec une grande salle de bain. Je devrai prendre une douche, non ? Après un tremblement de terre il y a beaucoup de boue !

-      Il faudrait peut-être annoncer que vous déclenchez l’état de catastrophe naturelle, ces gens auront besoin d’aide et tout ce qui s’en suit.

-      Vous croyez que c’est nécessaire ? Il y a eu combien de morts ?

-      On ne sait pas encore exactement, mais sans doute et malheureusement plus de 50.

-      Seulement ! On en parle à CNN ?

-      Heu . . . un peu. Ils sont surtout sur le Chili.

-      Putain de Chili !

-      Il faudrait préparer quelques décrets pour indemniser au plus vite les sinistrés, ce serait bon pour votre image à quelques jours des régionales.

-      Faites, faites. On fera traîner après. On n’a plus d’argent ! Vous savez combien ça coûte d’entretenir un pays comme Ma France !

-      Bien monsieur le Président Jo Dalton-Sarkozy. Est-ce que Madame Dalton-Bruni sera du voyage ?

-      Non, elle compose son nouvel album. Je n’ai encore rien entendu parce qu’elle chante tout bas, mais je sais que ce sera très beau. Prévoyez une grande campagne de publicité nationale pour la promo de son album.

-      Mais monsieur le Président, nous n’avons plus d’argent !

-      On en trouvera. Putain de sinistrés ! Ma France a besoin de l’image de la plus grande dame de Ma Nation ! Ma Bruni fera rayonner Mon Royaume de part le monde. Essayez d’avoir CNN pour mon déplacement en province . . . Une tempête vous avez dit ? Putain, pourquoi pas un tsunami ! J’aime bien les grandes catastrophes !

 

carlabruni

 

 

                Patrick Ringal

 

26/09/2007

Tintin et Ait Oud

  

 

 

1822f10c0e3c25c1587ca1035ca00874.jpg 

 

 

       Le 26 septembre 1947 le premier numéro du journal Tintin était dans les kiosques belges, seulement belges, parce que la France attendra deux ans avant de l’avoir... Encore une fois, un peu en retard la France. (En Belgique en ce moment, c'est pas mal non plus, hein !) 

         Si Tintin avait été en face d’Ait Oud chez le juge, il n’aurait pas fait grand chose ... peut-être la morale. Si par contre Ait Oud avait été en face de Bob Morane, ou du capitaine Haddock, ou Bill Ballantine, il aurait reçu un bon coup de pied dans les couilles ! Histoire de sentir ce que ça fait quand on fait du mal !

         Et voilà, un jet privé s’est écrasé en Colombie et on a découvert 15 tonnes de coke à son bord. Je l’avais dit, il ne faut jamais sniffer avant de prendre le manche. 

         Le boucher et ses trois fils libérés ! Un p’tit massacre au hachoir, quelques jours de préventive et par ici la porte ! C’est qu’on les avait provoqués, alors fallait bien se défendre et défendre l’honneur de la famille. Pourquoi pas... ? Moi, la prochaine fois qu’on me taquine, je sors mon couteau de cuisine. Aux Etats-Unis, j’aurais sorti mon Beretta !

         Placide est allé dormir. Il reviendra demain.

 

 

 

 

         Patrick Ringal

 

  cequejevois@hotmail.com