Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

12/07/2008

Jour noir

1dcc7b01b7a98d54ce743a3d973cf02e.jpg

 

 

           Je n’aime pas le noir et voilà que devant moi il n’y a que du noir. Des humeurs noires. 

         Nous sommes arrêtés, les couleurs noires et moi, par un immense bouchon. Je viens d’entendre à la radio que le temps pour parcourir les noirs kilomètres qu’il me reste (14 petits kilomètres de bitume noir) est passé de 63 minutes à 78 minutes !

         Je me suis habillé de vert et je vire au noir. 

         Je ferme les yeux et j’imagine une belle longue route dégagée... Je rêve en noir et blanc.

         Je tourne la tête et je vois que le conducteur qui est à mon côté est lui en train de virer au rouge. Ah ! Un peu de couleur... 

         Il sort de sa voiture et se met à crier :

         - Avancez bordel ! Avancez ! Mais qui m’a mis des cons sur la route ! Avancez ! J’ai acheté une 12 cylindres, c’est pas pour être bloqué par toutes ces mules ! 

         Je retrouve des couleurs. C’est fou ce que ça détend de voir les autres s’énerver. C’est comme s’ils nous nettoyaient de notre noir.

         Aux infos : un prêtre pédophile a pris la fuite est allé se réfugier ... (je ne sais plus, je crois que c’est au Vatican) ! Allez, encore du noir. Les prêtres en noir ne m’ont jamais inspiré confiance. Je me dis que sous leur soutane il y a une obsession après la prière... 

         La file avance un peu. Mon voisin est cramoisi. Il crache et jure mais je ne l’écoute plus. S’il continue, du cramoisi il repassera au noir.

         Noirs aussi les flamands qui ont tellement peur que leur lion se mette à aimer la couleur...

         Le noir n’est pas bon pour le moral. D’ailleurs je prends mon café avec du lait, un peu, juste de quoi broyer du brun avant les bouchons...

 

 

 

 

            Patrick Ringal

 

    cequejevois@hotmail.com

 

 

18/10/2007

Il va en baver !

 

 

ea051c4cc3e50f771efcddc6e43bf2e5.jpg 

 

 

 

 

         Dure journée pour Nicolas Sarkozy, qui n’est pas à la fête (c’est celle de Luc et Gwendoline aujourd’hui)... Grève dans les transports et bordel de Dieu le père sur les routes. Oui, parce que le français va tout de même prendre sa voiture et se précipiter sur les mêmes routes que tout le monde. (Ca m’a toujours plu de regarder les bouchons à la télé. Ca donne un sentiment de liberté, quand on n’est pas dedans hein !) Sarkozy croyait faire passer sa réforme des cotisations en douce, le tout pour récupérer de l’argent (et oui, il faut bien en trouver pour financer les promesses), mais c’est que le français moyen n’est pas si stupide que ça, sauf quand il prend sa voiture. Je crois qu’il commence à comprendre ce que c’est qu’un président trompé par son égo et par sa femme ...

         Cécilia s’en va. Il en faut de la détermination et de l’indépendance d’esprit. Car, elle pourrait se dire : bah, attendons quelques années, le temps de profiter des avantages qu’offre l’état, qu’offre le statut de première dame de France .... Non. Elle part. Cécilia est allée lundi soir déposer une demande de divorce à l’amiable, toute seule, comme une vraie dame. Imaginez un peu ce que le petit nerveux a du lui faire ! Enfin, on ne peut pas juger. Ce qu’il faut retenir, c’est que la femme est indépendante et que c’est bien. On ne rachète pas un amour déçu, même quand on a le pouvoir d’un président.

 

 

 

 

         Patrick Ringal

 

  cequejevois@hotmail.com

 

 

22/04/2007

Dimanche

 186f5edaeedd61bfce3b9e8bf8482d35.jpg

            Je regarde par la fenêtre et je vois que tout le monde est parti ; direction la côte. Il fait si beau. Ils ont tous pris le train ( ou l’autre train, celui des bouchons qui n’en finissent pas ) et sont arrivés par milliers tout au bout du pays, là où il n’y a plus que de l’eau et des ferries qui croisent au large. Ils ont acheté des pelles en plastique et des seaux, et sont allés faire des châteaux avant que la marée ne monte. 

            Je trouve que c’est magnifique.

            S’asseoir dans le sable, entouré de ses proches, et peut-être même de ses voisins, et regarder vers le large. L’homme est si petit face à la mer. Il se couche et bronze. Il faut être humble. Il a bien emporté un livre, vous savez, un poche déjà racorni parce qu’on le trimbale depuis des lustres dans son sac sans jamais l’ouvrir, mais la mer nous appelle. L’idée de prendre un de ces bateaux qui croisent au large et de partir encore plus loin, on peut rêver. Il faut rêver. Il y a les enfants (ne pas oublier de les protéger du soleil, et surtout les faire boire – tiens, je me prendrais bien une bière - et il y a les femmes en bikini qui sont les starlettes d’un dimanche. Je les trouve belles, même si certaines ont tout de l’écrevisse norvégienne. Il n’y a pas de place pour jouer au ballon, mais ce n’est pas grave, on est content d’être à la mer. L’eau est encore très froide, mais ce n’est pas grave, ça fait du bien de tremper les pieds. Après, on ira manger des fruits de mer. Si c’est pas un beau dimanche ! 

            Je regarde par la fenêtre et je trouve magnifique que tous ont eu envie de partir.

            Ce qui l’est moins, c’est que ma femme aussi est partie. Elle a rencontré un chauffeur de bus alcoolique. Son soleil à elle.

 

            Patrick Ringal

     cequejevois@hotmail.com